fbpx

NOS ARTICLES

Agile

Test : où en êtes-vous dans votre transformation Agile?

Test : où en êtes-vous dans votre transformation Agile?

Le terme « transformation Agile » regroupe aujourd’hui de nombreuses applications différentes.

Chez Convidencia, nous le définissons comme ceci :

La transformation Agile, c’est le processus qui fait évoluer en profondeur et de manière durable la culture, la structure et les pratiques d’une organisation pour qu’elle soit en mesure de s’adapter plus rapidement et avec moins de friction à la complexité et l’incertitude de son écosystème et de ses propres dynamiques internes.

Envie de savoir où vous en êtes dans votre entreprise ?

Découvrez-le en participant à notre questionnaire ci-dessous :

Au sein de votre organisation, vous trouvez que…

Plutôt oui 

1. L’approche du changement cherche à se baser, comme toute bonne méthode de gestion du changement, sur la mise en place d’une « burning plateforme ».

2. Le/les commanditaires du changement sont peu moteurs ou ne disposent pas beaucoup d’autonomie ou de moyens.

3. L’approche pour la mise en œuvre de la transformation est plutôt radicale (tout, d’un coup, et pour tout le monde).

4. La manière de diffuser les changements ne prend pas suffisamment en compte les différences de maturité des équipes et les prérequis nécessaires.

5. Dans le cas d’une approche « top-down », c’est-à-dire où l’on commence par le sommet de l’entreprise, on prend beaucoup de temps pour d’abord bien former la direction et le management avant de descendre au niveau des équipes.

6. Dans le cas d’une approche par essaimage, c’est-à-dire au sein des équipes, on mise toute l’énergie sur une seule équipe ou un seul projet sans chercher à contaminer d’autres parties prenantes ou d’autres initiatives dans l’organisation.

7. Il n’y a pas spécifiquement de méthodologie pour accompagner les collaborateurs dans cette transition. Il faut avant tout compter sur leur bonne volonté.

8. Tout repose essentiellement sur une méthodologie que l’on suit aveuglément dans l’espoir que cela génère des résultats comme dans les livres.

9. Il y a des formations mais pas assez de support à la mise en œuvre via un accompagnement externe ou la mise en place de fonction de support interne pour soutenir les collaborateurs.

10. Il n’y a pas de focus suffisant pour avancer sur des résultats concrets, rapides et visibles avec et pour les équipes.

11. Les relais internes sont rares, inaccessibles ou peu utilisés.

12. La communication interne est trop peu utilisée pour soutenir la transformation.

13. La progression dans la transformation et les accomplissements ne sont ni mesurés ni communiqués ni célébrés.

14. L’organisation ou les commanditaires estiment qu’ils n’ont pas besoin de se faire accompagner par des experts.

15. Les commanditaires ou les participants sont très excités et veulent avancer très vite. Ils surestiment probablement leur capacité à l’adoption de changement profond, ou sous-estiment l’impact de ces derniers ainsi que les moyens nécessaires (temps, énergie, etc…).

16. Le management ou les services de support ne sont pas cohérents par rapport aux nouveaux paradigmes ou par rapport aux besoins des équipes dans le cadre de leur développement.

17. Les commanditaires ou les agents du changement veulent une vision claire de la destination de la transformation dès le départ.

18. La culture du contrôle sclérose le développement d’initiative.

19. La culture de perfection et du « non-droit à l’erreur » empêche l’émergence de celle de l’amélioration continue.

20. La dynamique de changement ne travaille que sur 1 ou 2 des 3 axes suivants (culture, structure, pratique).

TOTAL

 

Le nombre de cases cochées dans la colonne « plutôt oui » correspond au nombre de pièges dans lesquels votre organisation est tombée.

  • Si vous en avez plus de 10, vous n’êtes pas dans une situation des plus idéales. Tout est encore possible, mais il va falloir sérieusement prioriser les pièges dont il va falloir sortir en priorité.
  • Si vous en avez plus de 15, un changement radical d’approche est certainement à recommander.
  • Si vous en avez entre 5 et 10, vous êtes clairement sur la bonne voie par rapport à l’ensemble des transformations Agile que nous croisons.
  • Moins de 5 ? Venez partagez votre manière d’appréhender la transformation Agile dans un de nos meetups sur le sujet ! 😁

 

Et si vous voulez encore plus élargir votre compréhension de la transformation Agile vu par Convidencia, venez à nos évènements, ou contactez-nous !

 

 

 

 

Qu’est-ce que la transformation Agile ?

Qu’est-ce que la transformation Agile ?

Aujourd’hui, nous rencontrons beaucoup d’usage et de compréhension différentes du terme « Transformation Agile ». Tant au sein des organisations qui se sentent concernées qu’au niveau des sociétés de conseil ou des consultants indépendants « spécialisés » dans le domaine de l’Agilité.

Chez Convidencia, nous sommes plutôt à l’aise avec la complexité des organisations, des situations et des modèles. Et selon nous, il est important de clarifier les zones de confusion que certains peuvent ressentir.  

Nous proposons dès lors une lecture simplifiée de ce concept pour éviter tout malentendu. En effet, dans le terme “Transformation Agile”, chaque mot peut être interprété différemment et amener ses utilisateurs à des considérations bien éloignées les unes des autres.

Tout d’abord, le terme transformation ne doit pas être confondu avec la définition d’adoption. Transformer implique un changement profond de la nature d’un système vers une autre. Au contraire, une adoption implique le fait de faire quelque chose différemment ou de nouveau sans entraîner nécessairement un changement profond dans la nature du système concerné.

Ainsi appliquer des outils Agile n’implique pas une transformation mais bien simplement une adoption de nouvelles manières de faire.

De plus, le terme Agile, peut aussi donner lieu à des interprétations différentes. Les 4 principales étant :

  • Agile comme dans la méthode Agile Scrum
  • Agile comme le synonyme de flexible
  • Agile comme dans le fait de développer la transversalité et casser les silos au sein de l’organisation
  • Agile comme dans le fait de faire émerger l’intelligence collective à travers plus de participation dans l’entreprise


Pour vous aider à vous y retrouver, nous avons identifié 10 situations très différentes dans lesquelles les commanditaires d’un changement (nos clients) utilisent le terme de “ Transformation Agile » :

Les 10 “transformations Agile” du moment

 

Application directe des méthodes Agile (plus ou moins profondes et détaillées)

1

Je veux mettre en oeuvre la méthode Agile Scrum au sein de mes équipes IT

Par exemple, les équipes projets s’organisent en utilisant le “framework” agile scrum.

2

Je veux développer la méthode Agile (Scrum light) auprès des autres équipes non IT. 

Par exemple, le activités métier et support se forment à Agile pour mieux fonctionner avec les équipes IT.

3

Je veux appliquer la méthode Agile sur des programmes stratégiques composés d’un ensemble de projets ou d’équipes différentes qui travaillent de manière Agile (Scrum of Scrum/LeSS/Safe, modèle Spotify).

Par exemple, notre programme de transformation digitale, composé de nombreux projets stratégiques (CRM, Intelligence Artificielle,etc…) est organisé et piloté selon les principes du “framework” Agile.

Application indirecte des méthodes Agile (inspiration des principes très généraux)

4

Je veux développer une culture Agile dans l’ensemble de l’organisation.

Par exemple, distiller les 12 principes Agile dans les mentalités des collaborateurs: http://agilemanifesto.org/iso/fr/principles.html

5

Je veux développer la stratégie d’entreprise (à 5 ans) de manière Agile.

Par exemple, définir une stratégie ambitieuse d’entreprise sur base de désidératas à réaliser par itération de 4 mois pendant 5 ans et mettre en place une gouvernance de pilotage adaptée.

Sans rapport avec les méthodes Agile

6

Je veux développer des activités transversales pour mieux répondre à des besoins en cassant les silos. 

Par exemple, la mise en place d’une culture projet transversale comme dans une adhocratie.

7

Je veux développer une organisation à la gouvernance participative et/ou diriger mon organisation vers une forme de libération d’entreprise.

Par exemple, développer l’autonomie et la coopération au sein des équipes en remodelant l’organisation vers de formes plus “modernes” de fonctionnement, comme une holarchie.

8

Je veux développer une culture d’intelligence collective et des pratiques plus participatives au sein de l’organisation. Cela n’a rien à voir avec les méthodes Agile, mais les notions de participation et d’agilité sont souvent très confondues

Par exemple, le développement de la cocréation, de la démocratie des idées ou encore de la participation d’un plus grand nombre aux décisions stratégiques.

9

Je veux faire de l’innovation collaborative avec les collaborateurs et/ou des partenaires de mon écosystème.

Par exemple, développer un programme d’accompagnement des collaborateurs, comme un incubateur interne, pour créer des projets innovants basés sur le Design Thinking ou Lean Startup.

10

Je veux faire de l’innovation comme les startups pour être aussi agiles qu’elles sur le marché.

Par exemple, développer un trajet d’accompagnement incluant un hackathon, sprint ou bootcamp avec des clients, startups et collaborateurs pour prototyper des solutions agiles à des problématiques concrètes.

Vous vous retrouvez dans une de ces situations? Cela vous parle? 

Vous aimeriez à votre tour instaurer une transformation Agile dans votre entreprise mais vous ne savez pas par où commencer? 

Contactez-nous !

Etes vous conscient des pièges habituels dans lesquels les organisations en transformation tombent facilement ? 

Faites notre test !

Vers de nouvelles formes organisationnelles

Vers de nouvelles formes organisationnelles

Aujourd’hui, on se rend compte que le monde des entreprises évolue, ainsi que leurs besoins que ce soit au niveau de leur nécessité d’autonomie, leur besoin de coopération, d’avoir des collaborateurs plus engagés, de gérer des problèmes complexes, de donner du sens à la fonction de chacune ou de créer plus de valeurs dans l’organisation.

Ces entreprises se posent des questions sur les manières d’organiser leur travail et les responsabilités. Et pour elles, cela devient une priorité à l’heure actuelle de devenir agiles et donc à la fois stables et flexibles. Sous pression, une organisation agile n’est pas seulement robuste, mais plus il y a de la pression, plus elle devient performante. 

Depuis plus de 10 ans, Convidencia accompagne, conseille des entreprises dans leurs transitions culturelles et structurelles mais guide également les chefs d’entreprise, les équipes et des départements vers plus d’agilité, de coopération et une performance durable. 

Selon Convidencia, les nouvelles formes organisationnelles ne peuvent pas sereinement émerger en continuant de les représenter de manière traditionnelle (comme via un organigramme ou une structure matricielle). Il est nécessaire de penser nos entreprises de manière différente et pour cela de les représenter autrement. Nous appelons cette approche le “design holarchique”.

Il ne s’agit pas d’une approche qui prétend nécessairement “libérer” les organisations  ou qui vise à développer la “sociocratie” ou “l’holacratie”, mais il s’agit plutôt de penser et représenter les organisations en utilisant les fondements et le fonctionnement de l’holarchie. Cette méthode permet de représenter de manière structurée et flexible des éléments qui fonctionnent ensemble sous la forme de cercles, de rôles et de flux de coopération

 

Cela vous intéresse d’approfondir le sujet? Vous vous sentez concernés par cette évolution?

Laissez-nous votre email afin de recevoir notre guide du design holarchique qui sortira prochainement en cliquant ici.

Des consultants hors pairs chez Convidencia

Des consultants hors pairs chez Convidencia

Convidencia, c’est d’abord une petite équipe en interne, mais c’est surtout des consultants engagés autour de nous, avec qui nous travaillons et en qui nous avons confiance. Nous avons donc décidé de les mettre en avant pour qu’ils nous partagent leur expérience avec Convidencia. En effet, en les écoutant, leurs discours nous ont littéralement réchauffé le coeur et qui sait, cela pourrait vous parler à votre tour?

Souvent tout démarre entre Convidencia et ses consultants avec un “feeling”, un contact particulier, des valeurs et idées communes ; ce qui les amène par la suite à travailler ensemble. Raphaël nous explique en effet, qu’il a eu un “eye contact” avec Lionel, fondateur de Convidencia, lors d’une conférence, il y a environ 2 ans et que suite à cela et à quelques entretiens, “une confiance et un feeling se sont vraiment créés”. Complicité renforcée d’ailleurs lors d’ateliers que Raphaël et Lionel ont animés ensemble. Mais ce que Raphaël aime par dessus tout en travaillant avec Convidencia, c’est “l’énergie dégagée, un esprit et une dynamique créés dans laquelle l’ego ne prend pas trop de place. On produit rapidement des choses, on pense ensemble, chacun est vraiment intégré, on n’essaie ni de convaincre ni de prendre trop de position. Chacun y trouve vraiment sa place”. C’est quelque chose qu’il ne voit d’ailleurs pas chez ses autres clients ou partenaires. Il y a en effet beaucoup de transparence dans le boulot entre ses autres clients et Convidencia, et “c’est très important pour se sentir à l’aise”, poursuit-il.

Lucie travaille depuis plus d’1 an en tant que consultante freelance pour Convidencia. Une collaboration qui s’est faite naturellement, raconte-t-elle, de fil en aiguille et de rencontres en rencontres. Rapidement Convidencia lui a fait confiance pour qu’elle puisse animer des ateliers seule. Selon elle, travailler pour Convidencia, c’est différent des autres clients. Chez Convidencia, c’est une équipe, des personnes avec qui on échange, on pratique, on se nourrit, on se stimuleChez Convidencia, il y a ce côté qui nourrit. Quand on co-anime, on apprend aussi de l’autre, la façon dont il fait passer une information, son style à lui. On apprend beaucoup de l’autre.”

C’est suite aux conseils d’une de ses amies que Marleen, en plein questionnement professionnel et en recherche de nouvelles idées, il y a maintenant 2 ans, décide de participer à une conférence à Louvain-la-Neuve donnée par Lionel et Michel. Le jour J, elle hésite mais finalement décide d’assister quand-même à la conférence. Et là, c’est LA révélation. S’en suit ensuite une formation à la ParticipAgile Foundation de 2 jours et la magie opère. Lionel la rappelle et lui propose de collaborer. Selon elle, ce qui est différent avec Convidencia par rapport à ses autres clients, c’est le feedback. “Ca me permet d’évoluer plus vite, d’être plus constructive, participative” explique-t-elle. Convidencia, c’est “le prototype d’une équipe qui fonctionne très bien.”. “Ca n’a pas d’importance qui est actionnaire ou qui ne l’est pas, tout le monde a un lien avec le projet, chacun est vraiment impliqué et se sent faire partie d’un groupe.”

Nicole avait déjà rencontré Lionel dans le passé, quand ils travaillaient tous les deux dans une même entreprise. Ils se sont perdus de vue mais Nicole suivait toujours de loin les aventures de Lionel  et la création de ses nouveaux projets dont Convidencia. Et puis il y a 3 ans, elle le recontacte. En grande remise en question à ce moment-là, elle avait suivi plusieurs formations en développement personnel. Elle rencontre alors l’équipe et le courant les aligne complètement : même façon de voir les choses et même longueur d’ondes. La collaboration commence. Ce qui lui plait c’est de “faire avancer l’entreprise pour laquelle on travaille, faire avancer ses clients”. Ce qui est important, selon elle, chez Convidencia et ce qui en fait sa valeur ajoutée, c’est “la bonne humeur, l’énergie qui est porteuse.”  “Au delà de mettre le côté participatif dans nos formations, nous le vivons nous-mêmes, c’est complètement aligné, en cohérence”, ajoute-t-elle. 

C’est via les réseaux sociaux que Dorian est tombé sur Convidencia il y a 1 an. A l’époque, Convidencia n’avait pas tout de suite quelque chose à proposer à ce spécialiste de la Communication. Et puis une opportunité est enfin tombée et c’est ainsi que la collaboration entre Convidencia et Dorian a débuté. C’est dans les entreprises vivant des situations de changement et de gestion de crise qu’il a commencé à travailler en tant que consultant.  A côté, il co-anime également des ateliers participatifs et cherche à développer une plateforme participative avec Michel et Lionel. Selon Dorian, sa mission est très variée et c’est cela qu’il apprécie particulièrement. Mais par dessus tout, c’est la dimension humaine qui fait la différence selon lui. “Michel et Lionel sont super ouverts. “Il y a du lien au-delà du travail.” “ On vit réellement la dynamique participative en plus d’en parler.” Dorian se sent complètement faire partie de la boite. “Même en tant qu’indépendant, on se sent faire partie de l’équipe. Il n’y a pas le côté oppressant d’une boîte de consultants. Convidencia est une boite assez unique.”

Contrairement aux autres consultants, Olivier, ne s’occupe pas d’animer des ateliers ou workshops chez les différents clients de Convidencia mais c’est lui qui crée des liens avec des organisations qui pourraient avoir besoin des compétences de Convidencia. Il aide donc à trouver les futurs projets de Convidencia. Selon Olivier, “tout est autour de l’humain” et c’est cela qui a du sens chez lui. “Lionel investit dans l’humain et applique en interne ce qu’il prône en externe. C’est important et cohérent. C’est vraiment l’inverse du cordonnier mal chaussé.” Ce qui compte aussi chez Convidencia, “c’est l’énergie dégagée, la complémentarité du duo Michel et Lionel, 2 tempéraments, 2 énergies, 2 portes d’entrées intéressantes : les compétences participatives de Lionel ou l’agilité/innovation de Michel. Ce sont réellement des relations professionnelles durables sur du long terme.”

Ecouter leur témoignage, leur vécu et leur expérience avec Convidencia n’ont fait qu’augmenter notre envie et motivation de continuer à apprendre ensemble, à co-créer, à évoluer et nous nourrir des expériences et atouts de chaque personne avec qui nous collaborons. Ces multiples talents contribuent sans aucun doute à l’évolution positive constante de Convidencia.

Mais outre cela, ces discours nous ont également donné l’envie de continuer à agrandir notre réseau, notre communauté pour proposer des solutions toujours plus adaptées aux problèmes, besoins et demandes des différentes organisations pour lesquelles nous travaillons. Tout cela dans une simplicité, une cohérence, une atmosphère d’écoute, de confiance et une bonne humeur constante qui en font les valeurs fondamentales de Convidencia.

 

Vous êtes consultant et à la recherche d’une équipe motivante et de projets engageants, le tout dans une atmosphère dynamique et accueillante ? Ecrivez-vous sur contact@convidencia.com !

Merry Hackathon

Merry Hackathon

Parce que selon Convidencia, le savoir, les bonnes pratiques et les connaissances se partagent, nous vous donnons l’occasion de découvrir l’univers des Hackathons dans cette étude réalisée par Michel Duchateau, expert en innovation chez Convidencia. C’est une première en Belgique ! Et comme nous sommes d’humeur généreuse en cette fin d’année et à l’approche des fêtes de noël, cette étude vous est offerte ☺.

Hackathons ? Mais késako ?

Vous en avez certainement entendu parler. Les hackathons deviennent de plus en plus populaires en Belgique et en Europe. Le mot “Hackathon” vient en fait de la contraction de 2 mots : “hack” qui signifie dépasser ses limites pour atteindre un résultat et “marathon”. Non ce n’est pas une course à pied☺. Mais il s’agit en fait d’événements variant de 1 à 3 jours durant lesquels différentes équipes vont créer un projet en un temps défini (et parfois record) et/ou trouver des solutions à une problématique définie. Les  différentes équipes s’affrontent et présentent leurs résultats à la fin de l’événement devant un jury qui choisit le projet gagnant.

 

Pourquoi une étude sur les hackathons ?

Tout d’abord, parce que, fans de Hackathons, Convidencia a soutenu, suivi, organisé et coaché plus d’une soixantaine d’événements publics et privés en Europe et Afrique. Hé oui, rien que ça… Après avoir collecté de nombreux cas pratiques et repéré les “best practices”, ils sont donc réellement devenus experts en la matière. Ensuite, parce que cette étude est un réel manuel d’outils et de méthodes pour aider les organisateurs à se poser les bonnes questions, évider les erreurs et se lancer à leur tour dans cette expérience.

 

Qu’est ce qu’on y trouve ?

Des tips pratico-pratiques pour vous aider concrètement à mettre un hackathon en place :

  • Les bons moments durant l’année pour organiser votre événement
  • Les rôles des différents organisateurs à définir
  • Les 5 business models de base à suivre
  • Les objectifs clairs à définir de l’événement (un hackathon sur quoi, pour qui, combien de temps…) que ce soit pour l’organisateur ou le participant
  • Les types de lieu idéal à choisir
  • Les détails à ne pas oublier pour créer un événement au top (un bon wifi, du catering, douches…)
  • Des conseils pour trouver le nom de votre événement! Pas toujours évident…
  • Mais également le top 10 des erreurs à éviter et des solutions proposées

 

Un cadeau comme cela, ça ne se refuse pas !

Alors envie d’organiser des supers hackathons et devenir maître en la matière?  Cliquez sur le lien ci-dessous en nous laissant vos coordonnées. Cela nous permettra de vous recontacter pour vous proposer nos futures conférences ou événements sur le sujet.

 

Belles fêtes de fin d’année à tous ! 

Participagile Poker : un outil facile et pertinent à utiliser en entreprise !

Si vous vous y connaissez en méthodes agiles ou que vous avez déjà participé à notre formation ParticipAgile Foundation, vous connaissez très certainement le Planning Poker.

 

Pour ceux pour qui Poker rime uniquement avec jeux d’argent ou strip tease, rassurez-vous, il n’y a rien de tout ça dans le planning poker et encore moins dans nos formations ParticipAgile (non, non le côté « 100% fun » n’insinue pas ce genre d’amusement, promis !¹)

 

Pourquoi utiliser le Planning Poker ?

A la base, le planning poker est une méthode agile, décrite pour la première fois par James Grenning en 2002, afin de produire, de manière ludique, des estimations sur la complexité de fonctionnalités à développer. Par la suite, il a été popularisé dans toutes les entreprises et dans les équipes où certaines décisions se font (ou devraient se faire) en équipe. Généralement utilisée par les managers de projet, cette méthode a deux avantages :

  • elle permet au responsable et à l’équipe d’échanger sur la complexité des différentes tâches du projet.
  • elle permet d’avoir une vue plus « juste » de cette complexité, tout simplement parce que celle-ci est validée par des participants avec des niveaux d’expérience et d’expertise différents.

Comment fonctionne le Planning Poker ?

Si le Planning Poker ressemble, de prime abord, à un jeu de cartes normal, en ouvrant le paquet vous pourrez vous apercevoir que les valeurs ne sont pas du tout les mêmes. Généralement, la suite de Fibonacci est utilisée pour les évaluations. Le planning poker comporte donc les valeurs suivantes : 1, 2, 3, 5, 8, 13, 21, 34, 55, 89, 144 (ou 20, 40, 100 pour les grandes valeurs).

 

Le déroulement du Planning Poker est très simple :

  • Tous les participants s’installent en rond, de sorte que tout le monde puisse se voir.
  • Le responsable explique le projet à l’équipe.
  • Les participants peuvent poser des questions au responsable, discuter du scénario, évoquer les conditions pour que le projet soit considéré comme achevé.
  • Chaque participant évalue la complexité liée à la réalisation du projet, choisit une carte qui correspond à son estimation et la dépose, face cachée, devant lui.
  • Après un laps de temps prédéfini, les cartes sont retournées en même temps.
  • S’il n’y a pas unanimité, la discussion reprend jusqu’à ce que l’écart entre les deux valeurs les plus éloignées soit acceptable.

Le ParticipAgile Poker, c’est quoi ?

Les anciens participants à la formation ParticipAgile Foundation s’en souviendront certainement, la méthode ParticipAgile utilise et forme ses participants à utiliser la méthode du Planning Poker, réadaptée à la sauce ParticipAgile Foundation, bien entendu ! Cette méthode est idéale pour prendre des décisions rapides et collégiales tout en s’assurant que tout le monde soit écouté et que les différentes expériences et expertises soient prises en compte.

 

Le ParticipAgile Poker, stylé et multifonctionnel

De nombreux participants aux formations ParticipAgile Foundation se demandant comment se procurer un jeu, Convidencia a finalement décidé de se lancer dans la production d’une nouvelle version du Planning Poker. Convidencia est donc fière (et pas qu’un peu) de vous présenter le Planning Poker spécial ParticipAgile ! Illustré par Oli, le ParticipAgile Poker permet non seulement d’évaluer la complexité mais aussi la valeur, la pertinence et le contrôle ! En outre, le jeu n’est pas qu’un planning poker et peut aussi être utilisé pour de nombreuses autres applications, tel que, par exemple, la création de groupes de travail aléatoire !

 

Comment s’en procurer ?

Les jeux pourront, dès octobre, être acheté en ligne ou par email. En outre, des exemples d’utilisation seront disponibles sur notre site.

 

En attendant, vous pouvez déjà, si vous le désirez, pré-commander votre jeu par email à contact@convidencia.com ! 

 

Quel prix ?

1 paquet : 20 €
2 paquets : 30 € (15 € / paquet)
3 paquets : 40 € (13,33 € / paquet)

… Et pour les curieux, voici quelques exemples de cartes :

Méthodes agiles : le meilleur pour votre startup !

Méthodes agiles : le meilleur pour votre startup !

De plus en plus de startups s’intéressent aux méthodes agiles. Et quoi de plus normal pour des entreprises qui avancent à tatons, dans l’incertitude la plus complète et qui n’ont absolument aucune idée de ce que l’avenir leur réserve ? Il ne faut pas être un génie pour deviner que cet environnement demande d’être flexible, agile et d’avancer étape par étape, petit pas par petit pas.

 
Et pour cela, rien de tel que les méthodes agiles !
 

Les méthodes agiles ?

Vous n’avez jamais entendu parler d’agilité ? Vous entendez parler un peu partout autour de vous mais ignorez , en fait, de quoi il s’agit (information que vous nierez si on vous pose la question) ? Pas de panique, voici un petit récapitulatif :

Le manifeste Agile, rédigé en 2001, référence les valeurs communes des méthodes agiles en se basant sur l’expérience de nombreuses méthodes de gestion de projets agile. Ce manifeste regroupe ces méthodes sous le terme agile car elles suivent généralement 4 principes fondamentaux :

  • elles privilégient les interactions entre individus
  • elles tendent vers la création de fonctionnalités opérationnelles
  • elles insistent sur  la collaboration avec le client
  • elles aident à accepter le changement

Les méthodes agiles sont de plus en plus nombreuses et de plus en plus utilisées en entreprise et surtout en cas de projets dont on ne connait pas encore bien toutes les données. Les startups et les PME en sont évidemment friandes vu le haut degré d’incertitude inhérent à leur statut de jeunes ou petites entreprises. La plus connue est évidemment Agile Scrum et ses pratiques comme le Planning Poker, que Convidencia utilise beaucoup (plus d’informations sur le Planning Poker ici).

 

Par quoi commencer ?

Se mettre aux méthodes agiles n’est pas toujours facile. En effet, outre le nombre de méthodes, les sources à leur sujet sont variées et évidemment différemment documentées. Ainsi, pour vous aider à découvrir et commencer à utiliser les méthodes agiles, voici quelques références  :

 

1. Pour comprendre Scrum, on vous propose :

2. Pour mieux comprendre les origines des méthodes agiles, renseignez-vous sur :

3. A feuilleter compulsivement :

  • Succeeding with Agile: Software Development Using Scrum. (sur Amazon.fr à 45€)
  • Scrum – 3e éd. – Le guide pratique de la méthode agile la plus populaire. (sur Amazon.fr à 30€)

4. Pour en savoir plus :

5. Formations :

Ordinairement, une formation officielle coûte 1500€ sur le marché. Le centre de formation Technofutur TIC à Charleroi vient de lancer la Agile Academy qui commence en septembre 2017. Le prix est cassé pour les entreprises et gratuit pour demandeurs emploi.

 

6. Certifications :

Un des avantages est marketing : une startup peut gagner en crédibilité et légitimité en affichant le logo « certifié agile scrum » lorsqu’elle gère des projets pour les clients et partenaires. Ca peut être un point de différentiation fort par rapport à des concurrents. Pour en savoir plus sur les certifications, contactez-nous.

 

Les recommandations de Michel, expert agile chez Convidencia :

En tant que praticien et instructeur, je conseille en général  de privilégier l’expérience. Il ne faut pas connaitre les détails des bouquins pour commencer à pratiquer. D’autre part, tous les experts s’accordent à dire qu’Agile Scrum est une méthode facile à comprendre, et très difficile à appliquer. Beaucoup de startups et entreprises abandonnent l’adoption d’Agile parce qu’ils oublient les pré-requis. Je ne connais pas de startup à succès qui n’utilisent pas les principes et process d’Agile.

Si vous hésitez toujours à vous lancer seul, n’hésitez pas à nous contacter pour un diagnostic ou un coaching !